JECO 2016 : retour sur la participation de PEPS-économie

En 2014, Pierre-Cyrille Hautcoeur remit à Madame Geneviève Fioraso, alors secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, un rapport sur l’avenir de la filière sciences économiques. Sujet toujours d’actualité, l’Institut pour le Développement de l’Information Économique et Sociale (IDIES) organisait en marge des journées de l’économie à Lyon une table ronde sur les suites de ce rapport. En tant que représentant des étudiants, PEPS-économie était invité à participer à cet exercice de vulgarisation et de démocratisation de l’économie. Agnès Bénassy-Quéré (vice-présidente du Conseil d’analyse économique, AFSE, professeure à PARIS 1) et André Orléan (président de l’AFEP) complétaient la tribune.

Nous revenons sur les principaux points de notre intervention.

Deux ans après, un malaise toujours palpable

Alors même que le contenu du rapport Hautcoeur est globalement intéressant, nous n’avons pu témoigner depuis d’une évolution positive de l’enseignement de l’économie en France. Pour cause, la suppression de l’agrégation du supérieur est la seule modification institutionnelle appréciable (et appréciée par l’ensemble des intervenants présents à la conférence) depuis deux ans. Ayant permis l’ouverture de postes de professeurs des universités à plus de candidats à l’approche hétérodoxe, cette mesure ne concerne néanmoins pas directement les étudiants.

Notre association a donc relayé l’éternel malaise ressenti par de nombreux étudiants en économie, désabusés par le contenu des programmes qui leurs sont dispensés. Depuis 2011, nous recevons et illustrons leur mécontentement (comme avec notre cartographie des cinquantes licences françaises parue en 2013). La prépondérance de cours complètement hermétiques à la pluridisciplinarité ne répond pas aux besoins des étudiants, à savoir l’envie de comprendre la société et ses interactions. Il en résulte ainsi une grande frustration intellectuelle, alors même que notre science est d’une richesse réflexive et méthodologique remarquable.

Pour une refonte intelligente de l’enseignement en économie

Toute critique qui n’est pas suivie de propositions concrètes étant vaine, nous avons également exposé ce que nous désirons. Selon nous, il ne peut y avoir d’enseignement innovant, critique et professionnalisant sans une approche pluraliste (sur ce dernier point, nous avons exprimé notre vif désaccord avec Madame Bénassy-Quéré selon qui un enseignement pluraliste ne peut être professionnalisant). Ainsi, nous défendons l’application des “3P”, véritable feuille de route d’une refonte intelligente de l’enseignement de l’économie. Par là, nous entendons un pluralisme des théories enseignées (faire partager aux étudiants les débats actuels entre les différents courants de pensée de l’économie), un pluralisme méthodologique-disciplinaire (former les économistes aux méthodes quantitatives, indispensables, mais aussi aux méthodes qualitatives) et un pluralisme réflexif, reflétant la nature de l’économie comme science sociale. Afin d’articuler de façon optimale ces propositions, une approche des cours par objet nous semble être la formule la plus adaptée.

La dispersion des malentendus sur nos propositions

Les acteurs de l’enseignement en sciences économiques connaissant mal nos revendications, comme Madame Bénassy-Quéré, nous reprochent généralement de vouloir imposer une certaine vision de l’enseignement et de l’économie. Nous désirons simplement établir un dialogue autour de nos revendications, a fortiori parce que nous sommes étudiants et qu’aucune réflexion sur l’enseignement ne peut être menée sans réunir l’ensemble des acteurs. Nous n’avons donc pas la prétention de nous substituer aux professeurs. Seulement, nous croyons à l’importance de prendre en considération les remarques des étudiants en économie, croyance renforcée par le fait que l’insatisfaction exprimée par ces derniers n’a toujours pas entraîné d’avancées majeures. Dès lors, les propositions de PEPS-économie (les trois pluralismes, l’approche par objet…) doivent être interprétées comme de grandes orientations, ouvertes aux discussions entre les parties (discussions pour lesquelles nous nous portons disponibles). L’ouverture d’une licence économie-géographique entre les universités Paris 7 et Paris 13, à laquelle PEPS-économie a apporté son aide, est un des exemples de bonne collaboration.

Une atmosphère générale encourageante

Au-delà des réactions positives suscitées par l’intervention de PEPS-économie durant le débat, nous nous félicitons de la présence du pluralisme dans les différentes conférences des JECO. En effet, sur des thèmes bien plus larges que celui de l’enseignement tels que “le monde est devenu différent ” ou “à quoi servent les économistes ?”,  le pluralisme fut le leitmotive des questions du public. Plus que jamais, la société civile semble désireuse d’appréhender la science économique sous toutes ses nuances. Combien de temps l’enseignement de l’économie y restera-t-il muet ?

Pour plus d’informations

Descriptif de la conférence à laquelle nous avons participé :

http://www.journeeseconomie.org/index.php?arc=a6&num=508

Notre réaction au rapport Hautcoeur datant de 2014 :

https://pepseco.wordpress.com/2014/06/09/rapport-hautcoeur-la-reaction-de-peps/

Un débat sur l’enseignement de l’économie à l’université avec PEPS-économie ? Rendez-vous aux Journées de l’économie le 9/11 à Lyon !

PEPS-économie participe, le 9 novembre à Lyon, à la première table ronde des rencontres de l’Institut pour le développement de l’information économique et sociale (Idies), organisée dans le cadre du « off » des Journées de l’économie (Jéco), sur le thème de l’Enseignement à l’Université : quelles suites après le rapport Hautcœur ?

Vous pouvez retrouver ici la réaction de PEPS-économie à la sortie du rapport Hautcoeur.

Attention l’inscription est gratuite mais obligatoire. Pour s’inscrire c’est par ici !

 

Le programme

14h-15h30 : Table ronde n° 1

Enseignement à l’Université : quelles suites après le rapport Hautcœur ?

Deux ans après le rapport rendu par Pierre-Cyrille Hautcœur, le contenu des enseignements économiques à l’Université a-t-il ou non évolué en réponse aux critiques dont il a été l’objet ? L’évolution du mode de recrutement des enseignants est-elle de nature à assurer un plus grand pluralisme ? Avec

Agnès Bénassy-Quéré, Professeure, Ecole d’économie de Paris, Université Paris 1, et Présidente-déléguée du Conseil d’analyse économique

Julien Hallak, Etudiant, membre de Pour un enseignement pluraliste dans le Supérieur en économie (PEPS Economie)

Benoit Hamon, Député des Yvelines, ancien ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur

André Orléan, Directeur de recherches CNRS

Gilles Rabin, Conseiller du secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche

Débat animé par Philippe Frémeaux, délégué général de l’Idies

 

La suite du programme du « off » sur le site des Jéco.

A cette occasion, nous vous signalons la table ronde organisée par nos amis de l’APSES sur les 50 ans des SES.

 

La négation du pluralisme

Réaction de PEPS-économie au livre de P. Cahuc et A. Zylberberg

Début septembre sortait le livre « Le négationnisme économique », avec le sous-titre « et comment s’en débarrasser », de Pierre Cahuc et André Zylberberg, deux chercheurs français connus pour leurs travaux en économie du travail. Un mois et demi après, PEPS-économie revient sur le débat suscité par le livre et les leçons à en tirer.

Derrière cette entreprise de “vérité” sur ce que doit être la science économique, mot d’ordre des auteurs, se trouve en réalité une véritable entreprise de diffamation et d’obscurantisme à l’encontre du pluralisme sous couvert de la légitimité scientifique autoréférentielle de Messieurs Cahuc et Zylberberg ou de leurs soutiens (cf. remerciements à la fin de leur ouvrage). Alors que cet ouvrage a soi-disant pour but d’informer les citoyens que des économistes empêchent à la vérité d’émerger. Or, parler de « la » vérité en tant que telle qui ne serait atteignable que par une seule méthode, c’est se méprendre sur toute conception scientifique et pluraliste. Ainsi avec une seule méthode, celle de l’expérience aléatoire, un seul cadre théorique, celui du courant néoclassique, et l’interdiction de réfléchir à la manière de faire de l’économie et de débattre, sous peine d’être traités de négationnistes, nous sommes bien loin des trois pluralismes (méthodologique, théorique et réflexif) que nous défendons.

Face à cela PEPS-économie n’a, dans un premier temps, pas souhaité réagir, car autant dire qu’à la découverte de ce pamphlet et de son indigence intellectuelle, nous avons voulu lui donner le crédit qu’il mérite, c’est-à-dire aucun. D’autant plus que nous avons estimé qu’il n’était pas dans le rôle de notre association étudiante de commenter l’organisation de la profession ou la scientificité de la science économique. Nous avons déjà suffisamment de choses à faire pour ne pas perdre notre temps à commenter les élucubrations délirantes de deux économistes en manque de notoriété. Tels étaient nos sentiments.

Bien nous en a pris au regard de toutes les critiques en faveur de la défense du pluralisme que ce pamphlet a suscitées tant de la part des économistes et médias “hétérodoxes” que des “orthodoxes”. Sur le caractère malhonnête du livre et le débat général dans lequel il s’inscrit, on trouvera évidemment la chronique du président de l’AFEP André Orléan ou de Christian Chavagneux pour Alternatives Economiques. Ces premières réactions seront suivies par celles d’économistes non directement mis en cause, comme Xavier Ragot (président de l’OFCE), Pierre-Yves Geoffard président de la Paris School of Economics, de Stéphane Ménia (blog éconoclaste), de Philippe Aghion, Jean-Hervé Lorenzi, ou Pierre-Noël Giraud. Sur le plan technique relatif aux expériences en économie, on se réfèrera à l’article d’Arthur Jatteau, ancien membre de PEPS-économie et faisant sa thèse sur le sujet, ou aux propos d’Angus Deaton, prix 2015 d’économie de la banque Suède en l’honneur d’Alfred Nobel. Pour ce qui concerne la neutralité du chercheur, on appréciera le billet de blog du doyen de la faculté d’économie de Poitiers, Olivier Bouba-Olga, par ailleurs partisan habituel du pluralisme méthodologique. Du côté des journalistes, l’appel à ne plus inviter des “négationnistes” à provoquer une pétition de la majorité de la presse. Les “instrumentalisés” professeurs de SES ont eux aussi réagi à cette attaque.

Nous, étudiants, refusons d’étudier et d’évoluer professionnellement dans un climat violent et stérile. Cela fait plus de cinq ans que nous nous mobilisons avec des élèves, associations, enseignants de tous bords, syndicats et organisations patronales malgré les difficultés institutionnelles pour faire vivre le pluralisme dans sa version la plus large et dans tous ses aspects : méthodologique, théorique et réflexif à travers la proposition d’une nouvelle maquette de licence, le développement de formations ou d’instances de réflexion sur l’enseignement de l’économie dans le supérieur.

Le pluralisme dans l’enseignement sous tous ces aspects n’est ni une lubie pédagogique, ni une affaire de querelles théoriques entre chercheurs en économie. Il est avant tout la condition indispensable au développement d’un raisonnement et d’un discours critiques des étudiants, citoyens à part entière, sur le monde d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Au sujet du pluralisme et de l’enseignement, notons d’ailleurs la rassurante chronique dans le journal La Tribune de Céline Soulas et de Christine Sinapi, professeurs au Groupe ESC Dijon-Bourgogne, discours dont on aimerait la généralisation.

Ce pamphlet aura donc eu au moins un premier mérite, celui de relancer le débat sur le pluralisme. Son deuxième mérite est d’avoir fait sortir de leur discrétion habituelle, une partie, toujours trop faible, de ceux qui ne le défendent publiquement que trop peu souvent. Si la dynamique et les institutions restent identiques, cela risque d’entériner définitivement, faute d’autre possibilité, la scission du monde académique en cours, et ce potentiellement au détriment exclusif des étudiants alors même que l’enseignement supérieur dans sa totalité est en proie à d’importantes difficultés. En effet, ce n’est pas uniquement lorsque l’obscurantisme émerge au grand jour que l’on doit se battre, mais au quotidien avec toutes les bonnes et sincères volontés. Une prise de parole momentanée ne résoudra pas les profondes crises de l’enseignement en économie dans le supérieur. C’est pourquoi PEPS-économie appelle l’ensemble des enseignants, journalistes, professionnels et surtout des étudiants à se mobiliser et à nous rejoindre dès maintenant pour défendre le pluralisme et l’esprit critique dans l’enseignement supérieur en économie !

Sur le livre

Ce livre a pour objectif principal de montrer au “grand public” comment de “faux savants” participent à la désinformation des citoyens et des politiques en défendant des théories qui iraient contre une série de vérités démontrées scientifiquement par les chercheurs en économie grâce à la méthode dite expérimentale venant de la médecine et des sciences “dures”. Seraient ainsi des vérités scientifiques, l’inefficacité des 35h sur la création d’emplois, l’impact négatif du salaire minimum en France ou encore l’inutilité des politiques de mixité sociale à partir de l’âge de 13 ans (âge limite cité par les auteurs, on s’interrogera sur cet effet de seuil). Pourtant ces thèmes font l’objet de nombreuses discussions tant chez les politiques que chez les économistes et autres médias décriés par nos deux auteurs : économistes de l’AFEP et des atterrés, Alternatives économiques ou encore à titre individuel Gaël Giraud et Steve Keen. Remarquons que ces questions font aussi l’objet de nombreux débats chez les économistes dits “orthodoxes” qui bien que n’étant pas nommés explicitement dans le livre, se retrouvent, si l’on suit nos deux auteurs, logés à la même enseigne du négationnisme et de la fausse science que les hétérodoxes, puisqu’eux-mêmes, comme l’écrasante majorité des économistes, n’utilisent pas ou que très peu la méthode expérimentale dans leurs travaux. Alors que nos deux auteurs revendiquent le fait que le consensus est le meilleur moyen de connaître la scientificité d’une théorie. Leur argument se retourne contre eux…

Après un passage par le point Godwin avec l’usage bien choisi du terme de “négationnisme” et une référence à l’Union soviétique, car les économistes hétérodoxes visés sont majoritairement classés à gauche, les auteurs se livrent ainsi à un (long) laïus présentant ces fameuses études expérimentales. Puis il se termine par un retour au point Godwin, en nous offrant des solutions sur comment se débarrasser de ces fameux négationnistes. A l’occasion, les professeurs de SES sont considérés comme étant instrumentalisés et tout le grand patronat industriel (Louis Gallois et Jean-Louis Beffa notamment) comme des pseudo-experts naufrageurs. Quant aux journalistes économiques, ils sont accusés de faire la part belle aux négationnistes en n’invitant pas de “vrais” scientifiques. Autrement dit, si vous n’êtes pas un économiste qui pratique l’économie expérimentale et qui publie dans certaines revues académiques, vous n’avez pas voix au chapitre. Pour le débat citoyen et politique des décisions économiques, on repassera !

Diverses réactions

Revue de presse AFEP
http://assoeconomiepolitique.org/florilege-autours-des-deb…/

Interview d’André Orléan dans Marianne
http://www.marianne.net/andre-orlean-evoquer-negationnisme-…

Article sur Walras de Christian Chavagneux dans AlterEco+
http://www.alterecoplus.fr/…/walras-le-negationnis…/00012168

Arrêt sur images
http://www.arretsurimages.net/…/Economistes-un-negationnist…

Les echos, cinq économistes
http://www.lesechos.fr/…/0211273995035-la-science-economiqu…

Jean-Marc Vittori
http://www.lesechos.fr/…/0211278860019-une-science-economiq…

Tribune Politis
http://www.politis.fr/…/negationnisme-economique-la-repons…/

Les echos
http://www.lesechos.fr/…/0211323122801-finance-les-approxim…

Enseigner le pluralisme (ESC)
http://www.latribune.fr/…/enseigner-le-pluralisme-en-econom…

Olivier Bouba Olga
http://blogs.univ-poitiers.fr/…/petites-reflexions-sur-la-…/

Jean-Marie Harribey
http://leseconomistesatterres.blogs.liberation.fr/…/lecono…/

Econoclaste
http://econoclaste.org.free.fr/econoclaste/…

Dossier du Centre de Sociologie des Organisations
http://www.cso.edu/dossier.asp?do_id=32

Soutenez Alternatives économiques
http://www.alternatives-economiques.fr/vous-aussi–soutenez…

Création du Conseil National Economie Gestion

A l’initiative de l’ARES, la réunion fondatrice du Conseil National Economie Gestion avait lieu le mercredi 9 mars. Ce conseil a pour ambition d’être un lieu inédit de discussion et concertation de l’ensemble des acteurs de la filière économie gestion. PEPS-économie appelle donc l’ensemble des acteurs professionnels, académiques, ministériels concernés par les domaines de l’économie et de la gestion, à rejoindre ce conseil.

Membres fondateurs : l’Association Représentative des Étudiants en Sciences Sociales (ARES), le Mouvement des Entreprises de France (MEDEF), l’Association des Professeurs de SES (APSES), la Confédération Nationale des Junior Entreprise (CNJE), la Conférence des Doyens des Facultés de Sciences Economiques et Gestion (CDD-FSEG), la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes (CNCC), PEPS économie et Pépite France.

Communiqué de presse commun de création

« Economics Education in the 21st century »

SAMEDI 26 MARS 14:00  @Amphi Furet/EHESS – 105 boulevard Raspail, Paris 6ème

Les Rencontres Internationales des étudiants en économie ​auxquelles ont été conviés 75 étudiants venus spécialement de l’étranger, seront l’occasion de présenter la première ​enquête statistique de l’ensemble des licences
 d’économie de 13 pays de l’Argentine à l’Italie en passant par Israël.

Ce samedi, Pierre-Cyrille Hautcoeur, président de l’EHESS ouvrira la séance et Christian Chavagneux, éditorialiste assurera la modération d’une table-ronde.

Bernard Guerrien de Paris 1 et Yann Algan Sciences Po Paris [sous réserve]  nous rejoindront également.

Tous savoir sur notre événement 

Retrouvez-nous sur Facebook 

Roundtable dialogue on pluralism

PEPS aux côtés de Steve Keen, Victoria Chick et Julie A. Nelson (en autres) dans une table-ronde publiée dans l’IJPEE.

A lire ici : Roundtable_dialogue_on_pluralism

As students advocating for a pluralistic teaching of economics, we do not urge professors who identify themselves with the neoclassical paradigm to change their research agenda. We urge them to offer their undergraduate students the possibility to make their own theoretical and methodological choices in economics, that is to say, we want them to expose as many possible alternative approaches and methods to their students even when in contradiction with the neoclassical paradigm.

We advocate pluralism at the level of the undergraduate curriculum and following this line, heterodox economics – whatever its definition – is necessary but it is only one portion of pluralism. The presence of heterodox economics makes the curriculum pluralistic in the same way as the presence of non-heterodox economics makes the very same curriculum pluralistic.

To our knowledge there is no textbook that covers the three-fold pluralisms we advocate. Readers have probably heard of the CORE-Project, the first major institutional attempt to revamp economics textbooks. However, our chapter-by-chapter review of CORE shows that although it has been presented as such, CORE is not a pluralistic curriculum in spite of some interesting features such as its topic-oriented approach. We firmly believe that there is a strong (unmet) demand for a truly pluralistic introductory textbook and we hope that readers of the International Journal of Pluralism and Economics Education will take up this challenge! We will be happy to get in touch with you!

Notre premier article en anglais est disponible / Our first paper in English is out !

Voici notre premier texte en anglais, paru dans le Journal of pluralism and economics education (Vol. 5, No 4) / Here is our fist article in English, published in the Journal of pluralism and economics education (Vol. 5, No 4).

Il existe également une version courte de cet article, présentée dans le cadre d’une conférence de l’Institut pour une nouvelle pensée économique à l’OCDE. Cette dernière a été publiée sous le titre suivant : « From Terrible to Terrific Undergraduate Curricula ». Vous pouvez télécharger cette version au format PDF. / There is a very short version drafted as a conference paper for the Institute for New Economic Thinking Conference at the OECD. Last one was published with the title : « From Terrible to Terrific Undergraduate Curricula ». You can download this version in PDF format.

The case for pluralism: what French undergraduate economics teaching is all about and how it can be improved

Among the areas left largely unscathed by the 2008 financial crisis and subsequent never-ending recession, the teaching of economics ranks high. In spite of recurrent criticisms and concerns (ten years after the birth of the Post-autistic movement!), undergraduate curricula is still largely dominated by strictly technical approaches, with little effort to make contemporary economic issues accessible to economics students. Surprisingly, the crisis has not caused any changes to the teaching of economics, even though it called into question some of the core results of the dominant approach.

Lire la suite en téléchargeant la fichier PDF / Read more by downloading the PDF file